Ma p'tite humeur

Ma chère admiratrice

Pour me soulager, il me semblait évident que je dédie cet article à Ma chère admiratrice. Je n’ai plus envie de me retrouver face à mon écran en ayant des palpitations. Je ne m’énerve plus et c’est déjà une bonne chose. Voici donc ma lettre de libération.

« Ma chère admiratrice,

Je tenais à te remercier du fait que je te sois si inspirante. Cependant, sache que tu ne peux pas éternellement te comparer à moi, ni même faire les mêmes choses que moi.
Il y a deux ans environ, je décidais de renouer avec l’écriture en réalisant mon rêve, et je dis bien MON rêve, celui d’éditer une fiction. De fil en aiguille, je me suis rendue compte que je ne pouvais continuer car il me fallait me former sur certains aspects. J’ai donc pris les choses en main cette année et je me suis inscrite à un programme. C’est rigolo, parce que je t’y ai retrouvé et tu avais le même rêve. Jusque-là, rien d’alarmant, car nous sommes nombreux à vouloir réaliser cette aspiration. Sauf que de mémoire (elle est quasi infaillible), il me semble bien que tu étais dans ce groupe où j’avais émis ce souhait, et par conséquent, même si tu étais inactive, tu en connais le contenu.
Quelques temps plus tard, ma passion devenant dévorante, j’ai eu l’idée d’un projet qui me tenait à cœur, celui auquel j’aspirais vraiment, c’était THE truc qui était en alignement avec ma vision. Forcément, lorsque tu es contente d’avoir trouvé, tu partages. Tu partages tes déceptions, tes victoires, tes avancées. Cette fois-ci, c’était dans un autre groupe que tu as fini par rejoindre. Ouais, je sais, je ne suis pas seule au monde. Le hic, c’est que mon projet, tu te l’es plus ou moins approprié. Le jour où je l’ai découvert, tu imagines bien ma déception… J’ai posté une publication stipulant le fait. Je n’avais guère avalé le fameux « J’ai suivi mon intuition » puisqu’il s’agissait de la mienne. Évidemment, mes bonnes âmes m’ont consolée en me disant qu’il était possible que plusieurs personnes pouvaient avoir la même idée. Certes. Encore une fois, je me suis pliée.

Le fait est que tu as continué dans ce sens. Ton idée, ton intuition, tes convictions. Encore une fois, la tempête a eu vent de moi. Cette fois-ci, j’ai publié dans le groupe où je m’étais confiée pensant que rien ne pouvait m’arriver. Là, une fois de plus, l’on m’a consolée et j’ai fini par rester dans mon coin. Quelques jours plus tard, un miracle, tu avais pris un chemin différent. As-tu eu conscience de ce que tu avais fait ? T’es-tu rendue compte que tu ne pouvais continuer sur cette route ? Peut-être, peut-être pas. En tout cas, mon cœur en était devenu léger et je pouvais à nouveau travailler sur MON projet.
Pensant être libérée, je me lançais un nouveau défi. Nan parce que je suis du genre spontanée et oui j’avoue, il m’arrive de me disperser. Il me fallait publier un second recueil de poésies. Je dis second, étant donné qu’en ce début d’année j’en ai publié un premier.
Tiens en parlant du premier d’ailleurs, je disais, lorsque je l’ai publié, et même avant il me semble, que l’écriture m’avait sauvée. Quelle ne fut pas ma surprise un peu plus tard en voyant que tout à coup l’écriture t’avait également sauvée.
Pour l’idée du second, c’est de mes lecteurs qui m’a confié qu’il restait sur sa faim et qu’il manquait vingt ans suite à mon premier recueil. Et puis, à ceci, l’on peut rajouter tous ces bons retours que j’ai eus.
J’ai donc eu cette illumination. Of course, maintenant que j’avais sauté le pas de la publication, pourquoi ne pas me dévoiler davantage. Lorsque je dis dévoiler, c’est écrire un autre bout de ma vie.
Eh bien tu sais quoi ? Je tombais à la renverse lorsque je découvrais que finalement tu as décidé de faire un livre intime. Et ta fiction du coup ? Tu as aussi constaté que ce n’était pas aussi simple ou bien ?
Enfin, plus récemment, je m’amusais à dire que je rafraîchissais mon « home sweet home » histoire de changer un peu la routine et bla et bla et bla. Nan parce que oui, lorsque tu t’adresses à ta communauté, du moins moi, j’aime bien de temps en temps donné des petits détails de ma p’tite vie quoi. Histoire de créer un lien, bien évidemment. Ni une, ni deux, je tombe sur un de tes autres posts qui parle de travaux de rafraîchissement chez toi. Je crois bien que j’ai failli m’étouffer.
Du coup, ce que je trouvais flatteur et marrant au départ, je le trouve carrément flippant aujourd’hui.

L’on m’a bien dit que peut-être j’en faisais une obsession et que je me faisais des idées, sauf que je ne suis pas vraiment ta life moi. Tes posts me sautent à la figure lorsque je me connecte aux réseaux. Je trouve également que cela fait beaucoup de coïncidences pour une seule et même personne.
Puis tu vois, j’ai réfléchi. J’en ai beaucoup discuté avec mes « Vrais ». Lorsque des posts me pètent en pleine face, comme ça inopinément, il y a deux solutions. Soit c’est quelqu’un qui m’aide ou qui veut m’aider, soit c’est quelqu’un qui a besoin de moi. Et MON intuition me souffle qu’il s’agirait de la seconde option.
Alors tu vois, je vais te proposer quelque chose, si tu le veux, cela va de soi. Je serais ravie d’échanger et de comprendre toute cette fascination. Nan parce que tu as déjà prouvé que tu pouvais suivre ta propre voie, et du coup pourquoi tu vivrais pas ta propre vie ? Histoire que je ne suffoque plus quand je tombe sur des bouts de ma vie chez quelqu’un d’autre.
On est ok ?
En tout cas, la balle est dans ton camp. J’ose espérer que si tu ne souhaites pas converser avec moi, tu songeras au moins à m’apaiser. Je te remercie par avance.
Bien à toi. »

Ainsi s’achève mon interlude. Je tiens vraiment à remercier mes « Vrais » qui sont toujours là lorsque j’en ai besoin. Vous le savez maintenant, mais je vous le répète quand même : Je vous z’aimeuh !

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le !

2 réflexions au sujet de « Ma chère admiratrice »

  1. Coucou !
    Et si tu la bloquais sur les réseaux ? Tu ne tomberais plus sur les bouts de ta vie chez elle 😉
    Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Quand quelqu’un nous harcèle comme ça (c’est du harcèlement oui oui), on en devient fou à notre tour, et on a envie de vérifier tout ce qui est fait pour avoir des billes en cas de conflit juridique (carrément).
    Si je te dis ça, c’est que j’ai un souci similaire, et j’ai décidé d’arrêter de vérifier ce que l’autre faisait. Tant pis j’arrête d’amasser des preuves. Je préfère vivre légèrement et oublier toute cette histoire. Que cette personne continue dans son coin ses bêtises d’enfant.
    Les choses ne te portent préjudice que si tu les laisses !
    Alors dis adieu à cette gentille admiratrice. Tu lui as dit ce que tu pensais. Pas sûr que ça aide (elle va certainement se trouver une adminratrice fictive à dénoncer aussi va). Mais au moins tu t’es défoulée.
    Maintenant bloque-la et arrête de suivre sa vie. Au pire demande à tes « vrais » de l’épier un peu et de te prévenir en cas de dépassement grave 😉 tu seras plus tranquille d’esprit.
    Je te fais des gros bisous Sonia 😘❤️

    1. Hello Elina,
      Je peux effectivement la bloquer ou la bannir.
      Cependant, je ne peux l’exclure des différents groupes. Donc elle saura toujours.
      Tu sais, je ne la surveille pas en fait. Ce sont ces posts qui m’apparaissent comme ça. lol. Sinon, je ne vois rien ou peu. Bref, je n’y prête guère attention.
      Et donc, tu es dans la même situation visiblement. Nan mais oui, c’est horrible. N’empêche ça me fait sourire, on a souvent certaines synchronicités toutes les deux 😉
      Juste que voilà, maintenant les choses sont dites et je me sens plus légère. Après qu’elle s’invente ce qu’elle veut, je veux juste qu’elle m’oublie un peu 🙂
      Merci à toi, une de mes « Vrais » 😉 (tu savais non ? Hihi. C’est vrai on papote un peu moins depuis quelques temps).
      Des bisous ma Belle 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.